top of page
  • Photo du rĂ©dacteurVincenzo Aiello

đŸ€ CETTE SCÈNE QUI M’A MARQUÉ : Who Framed Roger Rabbit

Aujourd’hui, je m’attaque Ă  un monument de mon enfance sortie en 1988 et rĂ©alisĂ© par Robert Zemeckis : Who Framed Roger Rabbit


Roger Rabbit, c’est le genre de film que j’ai vu 100 fois Ă©tant enfant. C’est drĂŽle comme a un certain Ăąge, on est capable de voir 10 fois le mĂȘme film d’affilĂ© sans jamais ĂȘtre blasĂ©. Je connaissais toutes les rĂ©pliques par cƓurs mais surtout, j’étais plus qu’intriguĂ© par le personnage d’Eddie Valiant. Quelque chose en lui me fascinait.


Plus tard, lorsque j’ai revu le film avec des yeux de jeune adulte, j’ai compris que ce film n’était en rĂ©alitĂ© pas totalement pensĂ© pour un enfant. Certes, il utilisait les codes des cartoons, mais ces codes Ă©taient dĂ©tournĂ©s et mis au service d’un polar noir oĂč se cĂŽtoient des thĂ©matiques d’adultes.


Et cet Eddie Valiant
 qui me fascinait tellement Ă©tant enfant a pris une autre dimension. J’ai enfin compris quel personnage brisĂ© il Ă©tait. Roger Rabbit est certes une prouesse technique dingue pour l’époque (et qui n’a pas tant mal vieilli que ça.) mais c’est surtout avant tout l'histoire d'un homme Ă©crasĂ© par le poids de son passĂ©.


Puis, je l’ai revu bien plus tard alors que je m’étais attelĂ© depuis un bon moment dĂ©jĂ  Ă  apprendre, comprendre et reproduire les codes cinĂ©matographiques pour mes propres projets. Le film a alors pris une nouvelle dimension pour moi et en particulier la scĂšne dont j’ai envie aujourd’hui de vous parler.


Nous sommes encore dans la phase d’exposition du film et nous apprenons encore Ă  connaĂźtre le personnage principal Eddie Valiant jouĂ© par Bob Hoskins (J’adore Bob Hoskinsâ˜ș). A cette Ă©tape, tout ce qu’on sait de lui, c’est que c’est un grincheux, alcoolique et qu'il dĂ©teste par-dessus tous les cartoons.


Commence alors la scĂšne qui nous intĂ©resse. Elle commence avec la musique d’Alan Silvestri qui, avec son saxophone rĂ©sonne comme une complainte mĂ©lancolique. Il y a dans ces notes de piano et de saxo toute la tristesse d’Eddie Valiant.


Zemeckis a l’intelligence au montage de faire enchainer cette scĂšne juste aprĂšs une scĂšne avec Roger Rabbit qui pleure, seul, dans une ruelle en regardant une photo. Il y a dĂ©jĂ  lĂ  tous les Ă©lĂ©ments de la scĂšne qui va suivre : Pleur, solitude et souvenir.


Eddie Valiant apparait en ombre chinoise derriĂšre une porte avec l’inscription « Valiant & Valiant Private investigation ». Jusqu’alors, on ne savait pas qu’il avait Ă©tĂ© dĂ©tective privĂ© en duo avec un membre de sa famille.


Eddie entre dans son appartement sale, glauque et en bordel. L’état de son appartement est Ă  l’image du personnage : nĂ©gligĂ©.


On le voit alors regarder des photos qu’il vient de dĂ©velopper. A cĂŽtĂ© de lui, une bouteille de whisky pleine.


Commence alors une petite visite de son passĂ© en un seul plan sĂ©quence qui enchaĂźne les objets, les articles de journaux et les photos jusqu’à revenir Ă  Eddie endormie sur la table, la bouteille de whisky vide Ă  cĂŽtĂ© de lui.


Il n’y a pas de longues discussions, pas de personnage qui exprime Ă  haute voix les douleurs de son passĂ© parlant plus pour les spectateurs que pour les personnages. LĂ , en 2 minutes et 7 secondes, sans un seul dialogue, Robert Zemeckis nous livre les Ă©lĂ©ments marquant du passĂ© du personnage. Je le comprends, je suis en empathie avec lui et il me semble encore plus misĂ©rable qu’au dĂ©but. A cette Ă©tape du film, je sais Ă  qui j’ai Ă  faire et je me dis que le chemin qu’il a Ă  effectuĂ© pour sortir la tĂȘte de l’eau va ĂȘtre compliquĂ©. TrĂšs compliquĂ©.


Cette séquence est pour moi une véritable leçon de mise en scÚne tout en simplicité et en efficacité.


Pour toutes ces raisons, lorsque je veux me rappeler pourquoi j’ai souhaitĂ© faire du cinĂ©ma
 et bien je regarde cette scĂšne et je me souviens.


Et toi ? Est-ce que cette scÚne ta marqué ?




39 vues0 commentaire

Comments


  • 1200px-IMDb_Logo_Square.svg
  • Swiss Films
  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn
bottom of page