top of page
  • Photo du rĂ©dacteurVincenzo Aiello

đŸ€ CETTE SCÈNE QUI M’A MARQUÉ: FOREST GUMP

DerniĂšre mise Ă  jour : 9 juin 2022

Aujourd’hui, je lance cette petite rubrique que je tiens normalement pour moi au fin fond de mes dossiers mais je me suis dis
 « Allez.. le cinĂ©ma, c’est avant tout du partage
 » alors voilĂ , je partage avec vous des moments qui m’ont marquĂ©s dans ma cinĂ©philie et qui, Ă  chaque fois que je les revois, me rappellent les raisons qui m’ont poussĂ© Ă  me lancer un jour dans le cinĂ©ma.


Nous sommes en 1994 et l’un des films qui m’a bouleversĂ© Ă  l’époque s’appelle Forest Gump.


La scĂšne en question que je vous invite Ă  revoir, je l’ai appelĂ© : PremiĂšre rencontre avec Jenny.


La scĂšne s’ouvre avec une confrontation entre le monde des adultes (la mĂšre) et celui de l’enfant (Forest). Le bus qui arrive en arriĂšre-plan nous prĂ©sente en un coup d’Ɠil l’arĂšne.


Forest est en position de faiblesse. Sa mĂšre se met Ă  sa hauteur comme on le fait souvent avec les enfants pour leur donner confiance. On comprends trĂšs vite que ça ne va pas ĂȘtre une partie de plaisir pour lui.


Entrer dans le bus s’avĂšre difficile. Il y a ce dialogue entre la conductrice et le petit Forest qui fait sourire mais qui montre bien la difficultĂ© de la tĂąche. Forest est filmĂ© en plongĂ©e et la conductrice en contre-plongĂ©e. S’installe de façon subtile une domination du « bus » sur le petit Forest.


Lorsqu’il entre enfin dans le bus, tous les enfants avec qui il interagit rejettent sa diffĂ©rence. Ce bus n’est pas un endroit pour lui et ils le lui font bien comprendre. (Les enfants peuvent ĂȘtre cruelles, j’ai trouvĂ© trĂšs vrai cette façon de le montrer. Un simple hochement de tĂȘte, un simple « cette place est dĂ©jĂ  prise ». C’est dur et c’est en mĂȘme temps tellement juste.


La mise en scĂšne est simple, un cut entre chaque interaction de Forest pour montrer qu’il n’est pas du mĂȘme monde. Puis
 arrive Jenny accompagnĂ©e du premier sourire d’un enfant dans cette scĂšne. Elle est diffĂ©rente des autres et, pour la premiĂšre fois depuis le dĂ©but de la scĂšne, Forest partage un plan avec un interlocuteur autre que sa maman. Jenny l’accepte dans son univers et Forest s’ouvre avec elle au monde.


On enchaĂźne sur un montage tout en douceur mais qui permet de montrer l’effervescence qu’a provoquĂ© cette rencontre. La camera suis les branches et chaque plan amĂšne une dĂ©couverte. Je suis embarquĂ© avec eux et, l’espace d’un instant, je vis avec les personnages la naissance d’une belle amitiĂ©.


La scĂšne se termine sur un couchĂ© de soleil Ă©clairant la silhouette des deux enfants. Ils ont l’avenir devant eux.


Tout ceci est accompagnĂ© par la splendide musique d’Alan Silvestri qui fait Ă©voluer sa composition en mĂȘme temps que le personnage de Forest.


Pour toutes ces raisons, lorsque je veux me rappeler pourquoi j’ai souhaitĂ© faire du cinĂ©ma
 et bien je regarde cette scĂšne et je me souviens.


Et toi ? Est-ce que cette scĂšne t’a marquĂ© ?


23 vues0 commentaire

Comments


  • 1200px-IMDb_Logo_Square.svg
  • Swiss Films
  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn
bottom of page