top of page
  • Photo du rĂ©dacteurVincenzo Aiello

đŸ€ CETTE SCÈNE QUI M’A MARQUÉ : ROCKY

DerniĂšre mise Ă  jour : 2 sept. 2022

Le film dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui Ă  une place toute particuliĂšre dans mon cƓur. Enfant, il m’a permis de dĂ©couvrir la boxe (mon troisiĂšme amour aprĂšs le cinĂ©ma et ma dulcinĂ©e) mais surtout, il m’a permis de dĂ©couvrir un style de rĂ©cit qui m’inspire encore aujourd’hui : CrĂ©er l’extraordinaire dans l’ordinaire.


En 1976 sortait le film Rocky, l’histoire d’un boxeur de seconde zone a qui on va donner l’opportunitĂ© de disputer un combat pour le titre.


La scĂšne dont j’ai dĂ©cidĂ© de vous parler se dĂ©roule dans la premiĂšre portion du film. AprĂšs nous avoir prĂ©sentĂ© son quotidien et son entourage, Rocky vient de recevoir la proposition de sa vie : une chance de combattre Apollo Creed, le champion du monde des poids lourds.


C’est le moment que choisi le film pour nous proposer une conversation intimiste entre son vieille entraĂźneur Mickey et Rocky. C’est cette conversation qui m’intĂ©resse tout particuliĂšrement.


Mickey l’a virĂ© quelques jours plus tĂŽt de sa salle de boxe mais lui propose maintenant de devenir son manager. Toutes les piĂšces sont en place pour crĂ©er un conflit.


On commence la scĂšne du point de vue de Mickey, il monte les escaliers, fatiguĂ©. En frappant Ă  la porte, il a une hĂ©sitation
 Il sait que ce qu’il s’apprĂȘte Ă  essayer de faire n’est pas jouĂ© d’avance.


Rocky ouvre la porte. L’image est sale, la lumiĂšre n’est pas trĂšs belle, la dĂ©co est simple et la couleur dominante est le jaune cracra. On ne va pas passer un bon moment



On entre trĂšs vite dans le vif du sujet. L’intelligence de la scĂšne repose sur le fait que le conflit ne se dĂ©clenche pas immĂ©diatement. Il infuse tout au long de la scĂšne pour finir par exploser dans la troisiĂšme partie.


Rocky encaisse, la frustration et la colĂšre monte.. monte.. monte.. pendant que Mickey tente de le convaincre de devenir son manager. L’entraĂźneur, embarquĂ© dans son speech passionnĂ© sur son passĂ©, veut offrir Ă  Rocky ce qu’il n’a jamais pu avoir et ainsi se crĂ©er une seconde chance. On comprend alors pourquoi Mickey a ouvert son club de boxe, pourquoi il est si dur avec ses boxeurs et pourquoi il a virĂ© Rocky. Ce que le vieil entraĂźneur recherche, c’est un hĂ©ritier
 Quelqu’un qui lui permettrait d’obtenir sa seconde chance.


Pendant toute la conversation, la camĂ©ra est spectatrice. TrĂšs peu de mouvements et peu de cut. Elle est lĂ  pour capter le moment, pour laisser le temps et l’espace aux personnages d’exprimer leurs frustrations.


Pour Mickey, la frustration de ne jamais avoir été soutenu.


Pour Rocky, la frustration de n’ĂȘtre considĂ©rĂ© que maintenant.


Une fois que Rocky refuse sa proposition, Mickey montre son « vrai » visage, celui d’un vieil homme triste, meurtri et rempli de regrets.


Rocky explose et dĂ©verse toute la colĂšre et la frustration qu’il retenait jusque-lĂ .


Ce qui rend cette scĂšne extrĂȘmement touchante Ă  mes yeux, c’est la façon avec laquelle on nous prĂ©sente deux personnages remplis de blessures. Ce sont deux animaux meurtris qui se ressemble en rĂ©alitĂ© beaucoup. L’idĂ©e de commencer la discussion avec les deux tortues est symboliquement intĂ©ressant. On nous montre dĂšs le dĂ©but que les tortues sont ensemble, coincĂ©s dans un bocal
 comme nos deux personnages.


A la fin de la scĂšne, Rocky finit par aller rĂ©cupĂ©rer son entraĂźneur dans la rue. La camera reste trĂšs loin, comme si elle nous disait que c’est le moment de leur laisser un peu d’intimité 


AprĂšs avoir vu cette scĂšne, je suis liĂ© comme du ciment Ă  la relation entre les deux personnages. Je les comprends et maintenant
 tout ce qu’on va me montrer de leurs complicitĂ©s Ă  venir devient crĂ©dible. Rocky et Mickey sont deux faces d’une mĂȘme piĂšce.


Stallone dans son scĂ©nario a tout compris Ă  l’écriture des personnages
 Une masterclass pour moi.


Exceptionnellement, je vous mets l’extrait en VF. Rocky est une vĂ©ritable madeleine de Proust pour moi
 et afin d’avoir la mĂȘme saveur que durant mon enfance, j’avoue avoir besoin de le voir dans les mĂȘmes conditions qu’à l’époque.


Pour toutes ces raisons, lorsque je veux me rappeler pourquoi j’ai souhaitĂ© faire du cinĂ©ma
 et bien je regarde cette scĂšne et je me souviens.


Et toi ? Est-ce que cette scĂšne t’a marquĂ© ?




62 vues0 commentaire

Comments


  • 1200px-IMDb_Logo_Square.svg
  • Swiss Films
  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn
bottom of page